"Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion.

Les gens doivent apprendre à haïr, et s'ils peuvent apprendre à se haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer.

De l'expérience d'un extraordinaire désastre humain, doit naître une société dont l'humanité tout entière sera fière."

                                                                             Nelson Mandela

 

Un signe de "tendresse"  ..... Michel Bruzat

Mercredi 29 juin, jeudi 30 juin et vendredi 1er juillet

à 20h30

 

PRÉSENTATION PUBLIQUE D'UNE PREMIÈRE ÉTAPE DE TRAVAIL.

 

LE COLLECTIF PUT A STRING ! présente :

TRAGÉDIE D’UNE FEMME DE DICTATEUR.

Écriture, scénographie costumes & mise en scène : Yann Karaquillo, Léa Miguel & Philippe Labonne.

Interprétation : Yann Karaquillo, Léa Miguel & Philippe Labonne.

Collaboration artistique : Jean-Paul Daniel & Catherine Duverger.

Création lumières : Franck Roncière.

 

 

Ça serait l’histoire comique d’une fin d’un monde, quand le nouveau tarde à montrer son visage. Puisque la première fois tout est tragique, peut-être qu’à la seconde, nous pourrions espérer sourire, au milieu des charniers.

Ce serait l’histoire d’une ambiance délétère où quelques sinistres pantins, avides et arrogants, s’empressent de piller les décombres qu’ils ont organisés, terrorisés par l’idée d’y disparaître, eux-aussi. 

Ce serait l’histoire désopilante de l’impuissance ontologique des financiers, des gouvernants et des banquiers et ce, malgré leurs milices, leurs polices, leurs armées, leurs barbouzeries et leurs médias.

Ce serait l’histoire de leur pathétique tentative d’échapper au lot commun, au vulgus.

Ce serait l'histoire très navrante de la stérilité du pouvoir. Quand on devine l’impuissance métaphysique du puissant, cette histoire aurait sans doute quelques relents farcesques. 

Ce serait l’histoire hilarante du sacrifice expiatoire de la jeunesse, de la pauvreté, de la féminité, de la beauté sur l’autel du délire mégalomaniaque de puérils vieillards.

Ce serait l’histoire terriblement gaguesque d’un pauvre pacte faustien quand son âme ne vaut rien et qu’il n’y a pas d’acheteur. 

Ce serait l’histoire faussement émouvante mais véritablement sordide de tous ces imposteurs qui se sont proclamés nos maîtres.

Ce serait l’histoire rocambolesque d’un monde qui s’écroule dévoré par les porcs. 

Réservation indispensable au 05 55 79 26 49 :  Jauge limitée. 

Tarif unique : 6 EUR

 

 

 

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES

TRES BIENTÔT

Du mercredi 29 juin au vendredi 1er juillet 

LE COLLECTIF PUT A STRING

Présente publiquement une première étape de travail pour 

TRAGEDIE D'UNE FEMME DE DICTATEUR

Partenaires